En 2013… Résignez-vous !

Traditionnelle « bonne année » !

Ma position à l’égard de cette coutume est ambigüe, contradictoire, inconfortable.

D’un côté, optimiste par nature et grand utopiste de la potentialité humaine à faire le bien et à choisir le moindre maux, je souscris volontiers à ces vœux que nous appelons chaque année de tout cœur et avec une certaine ferveur parfois (il m’est arrivé de puiser dans ce que j’avais de meilleur en moi, dans ce que je voyais de plus beau en l’autre pour formuler mes vœux à certains amis ou certains parents. Le tout avec une intense concentration qui pouvait pousser au mysticisme même !).

De l’autre, lucide par nécessité, je vois bien chaque année passée, devenir petit à petit plus misérable et plus dégradante pour le monde, la nature, l’esprit critique, la foi et même la simple volonté. Je vois bien s’émousser les rêves, s’embrumer les regards, se rétrécir les ambitions de bonheur et les perspectives d’une mondialisation fraternelle, coopérative et durable; je vois bien l’agressivité affleurer partout, je vois bien l’anxiété et la peur distillées y compris chez ceux qui ont tout, chez ceux qui s’inquiètent d’un crise qui pourrait pourtant apparaître comme salutaire par un simple changement de point de vue, un simple pas de côté pour regarder le monde comme il tourne et les mécaniques mises en place dans le plus grand déni de démocratie jamais connu dans nos contrées, en temps de « paix ».
Je vois bien le désert intellectuel gagner chaque année du terrain sur la riche et luxuriante végétation de la Culture, de la pensée et de ses lumières.

Surtout, je vois bien les efforts de chacun pour « survivre » (et pas uniquement matériellement) dans un monde où l’opulence à tous les niveaux (matériel, scientifique, technique, spirituel,…) n’a jamais été si élevé dans l’Histoire !

Et pire que tout, je vois bien que je ne suis pas le seul à voir tout ça ! Nous le voyons tous.
Et Alors…?

Nous nous enthousiasmons sur la sortie d’un petit texte publié sous le titre « Indignez-vous » parce que ça nous conforte dans le diagnostic que nous faisons nous-même de ce monde étrange et absurde, ce monde hostile qui est pourtant le nôtre et façonné par nous, mais cet enthousiasme n’a pas de développement durable. Il est rattrapé par une course que nous menons sans savoir vraiment quand et pourquoi nous nous y sommes engagés ni même si elle va vraiment nous mener quelque part. On sait qu’au bout il y a la mort, mais on vit comme si c’était encore loin tout ça ou alors insouciant et égoïste comme si on allait mourir demain et qu’après nous, après tout, le monde n’avait plus d’importance… On est dopé par la course elle-même !
Le meilleur titre de l’année 2012 est surement plutôt « Résignez-vous » ! (tiens d’ailleurs, je vais en faire une chanson et je la publie d’ici la fin du mois si je récolte au moins 10 demandes favorables en ce sens !)…

Trop « d’impératifs » encombrants, trop « d’obligations » que nous croyons vraies, trop de compromissions que nous faisons mine de nous pardonner mais qui nous donneraient mauvaise conscience si l’on prenait le temps d’y réfléchir.
Alors ?
Résignation…
Trop d’exemples d’immobilisme autour de soi, de donneurs de leçons, de beaux parleurs (j’en fait partie sûrement), qui nous découragent au lieu de nous montrer LE chemin, UN chemin tout au moins, dont nous pourrions nous inspirer pour nous-même mais jamais au détriment d’autrui.
Alors ?
Résignation…
Trop de combats à mener de toute part, trop de fatigue et de manque de sommeil, trop de confort matériel auquel renoncer pour se donner pleinement à la vie.
Alors…
Résignation ?

Non, bien sûr que non, mille fois non !
Et pourtant, combien serons-nous cette année (le serais-je d’ailleurs avant 2014 ?) à mettre en pratique quelques changements simples et non couteux pour ne plus cautionner le modèle chronophage, anthropophage, nécrophage, géophage, qui semble nous dominer encore et toujours malgré une mort annoncée de longue date ? Attendrons-nous la fin de cette longue agonie quitte à prendre le risque d’être entrainé dans l’horreur ou opérerons-nous une douce transition, quitte à prendre le risque de découvrir la vacuité de nos existences et être amenés à tâtonner un temps, à défricher un nouveau continent, intime et universel ?

Certains mettent en pratique ça et là et de plus en plus souvent, mais bien sûr de manière très confidentielle, ce qu’ils ressentent fortement et qu’ils ne peuvent laisser étouffé, occulté, plus longtemps.

Ils sont nombreux et je propose pour 2013 que chacun partage ici des liens vers des publications ou des sites relevant de ces alternatives concrètes et réalistes. Ces gens qui choisissent et réussissent à vivre autrement et n’en sont pas moins heureux.

Le mieux serait de publier des liens vers des personnes ou assos ou groupes de personnes facilement joignables, histoire qu’on ne reste pas dans une simple contemplation informative en se disant « c’est possible, cool, un jour je m’y mets ! (mais quand ?) ».

Apportez aussi vos témoignages en la matière si vous avez fait ce choix de vivre autrement, différemment, et si ce choix vous comble ou semble une alternative favorable à ce que vous ne supportiez plus dans « l’autre monde ».

Voici mon top 3 des initiatives dont j’ai eu connaissances ou des personnes avec qui j’ai été en contact cette année et dont la démarche m’a donné le courage de modifier encore plus avant mes comportements et mes démarches artistiques.

http://unvelodanslatete.free.fr/
http://www.artilect.fr/
http://toc-arts.org/blog/a-propos-de-lauteur/

Alors ?

Bon, ben, bon changement, bonne remise en question, belles rencontres, bon licenciement ou bonne démission plutôt, bonnes bouffes et bonnes discussions à tous !
Bonne année quoi !!
G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *